Centre for Romanian Studies

Centre for Romanian Studies header image 1

POETRY IN TRANSLATION (405 – 406), Florenta ALBU (1934 – 2003), ROMANIA: “Gauche-droite”, “Le chant de Bucarest”

December 29th, 2016 · No Comments · Books, Famous People, International Media, OPINION, PEOPLE, Poetry, quotations, Reviews, Translations

POETRY IN TRANSLATION (405 – 406), Florenta ALBU (1934 – 2003), ROMANIA: “Gauche-droite”, “Le chant de Bucarest”

 

Gauche-droite

Florenta ALBU (1934 – 2003)

 

Nager dans la boue

Nous nageons dans cette tristesse historique qui est nôtre

Et cette peur

Nous crie dessus

De toutes parts

Et de devant nous

Dans un rythme interminable – ce fou, continu

Gauche-droite-gauche

 

Pendant que nous – parmi les anciens et parmi les nouveaux

Nous, lâches traîtreusement épuisés

Creux jusqu’aux oreilles, posant

Des questions assourdissantes

Sur nous-mêmes, deux par deux

Allant de l’avant d’une marche hésitante

Gauche-droite-gauche !

 

Qu’est ce qui peut bien se trouver devant nous

Qu’est- ce qui peut bien se trouver derrière nous

Combien la route est-elle plus longue jusque-là

 

Cette marche dans la boue

Une peur historique encore et encore en criant

Gauche – droite – gauche

 

(A partir de la traduction anglaise de Constantin Roman, poème tiré de l’anthologie ‘Effet de serre’, 1987)

* * * * *

 

Le chant de Bucarest

Florenta ALBU (1934 – 2003)

 

Ville de places vides, détruites

Trois Rois mages bohémiens marchent au milieu de rien

Portant tout son poids de l’étoile lumineuse

Aux fenêtres des porches des maisons

Au vide.

 

Ville de places vides

Enveloppée dans un linceul de treuillages et de boue

le chant de l’aurore

aux portes de l’Orient

un chant de l’aurore

 

Oh nos rêves tombaient en ruine !

Ville vide de treuillages et de boue

A travers la boue, à travers la poussière

D’un monde

Désolé

Trois petits bohémiens chantent

Les chants des rois mages.

 

Allez-y Arlequins

Chants d’Arlequins

Alors que les portes sont grandes ouvertes

Sur l’âme du vide…

 

(A partir de la traduction anglaise de Constantin Romane, juillet 2003, poème extrait de l’anthologie Aurolac, 1996).

* * * * *

Oana Orlea Cantacuzino

Oana Orlea Cantacuzino

Oana Orléa, à propos de Florenta Albu :

Florenta Albu, qui nous a quittés récemment, mérite bien d’être mentionnée dans cette anthologie. C’est une femme remarquable, entre autres choses, par le milieu social dont elle est issue : elle vient en effet d’une famille de paysans, petits propriétaires terriens, (‘Tarani mijlocasi’), qui furent taxés de ‘koulaks’ par les communistes. Cela affecta de manière très négative le cours de la vie de Florenta, à un point tel qu’il est impossible de l’imaginer pour un esprit de l’Europe de l’Ouest. L’accès à une formation universitaire lui a été refusé, et à la place, elle a été obligée d’intégrer l’ Universitatea Populara[1]. En serrant les dents, elle commença sa carrière littéraire comme jeune reporter sur les sites de constructions socialistes.

Son arrivée dans le domaine de cette ‘Blouse roumaine’, loin de l’idée de l’auteur de passer pour un provocateur, ce qui après tout n’est pas la question principale, va rendre l’ouvrage plus représentatif. Car son cas est effectivement avant tout emblématique de l’immense capacité de destruction du régime communiste, aussi bien pour les individus que pour la nation en son entier.

Quant à moi, je suis aujourd’hui témoin de l’amnésie préprogrammée qui s’étend sur des décennies de communisme. Il est encore plus grave de constater que l’Est comme l’Ouest, sont tous les deux occupés, chacun à leur manière, à effacer le passé avec diligence.

(Oana Orléa, correspondance personnelle avec Constantin ROMAN, mai 2003).

 

"Blouse Romaine - The Unsung Voices of Romanian Women"

“Blouse Romaine – The Unsung Voices of Romanian Women” *)

 

 

Biographie

Née dans un petit village de la basse plaine du Danube, où ses parents sont les propriétaires de quelques arpents de terre et de têtes de bétail, Florenta Albu est victime de discrimination de la part du régime communiste, pour appartenance à la classe sociale des ‘koulaks’. Les biens de sa famille, terre et troupeaux, sont intégrés à un kolkhoze, et Florenta se voit interdire l’accès à une éducation supérieure. A la place, elle accepte un poste de reporter pour la presse communiste où elle écrit de ternes histoires sur les ‘réalisations’ du socialisme. Son travail l’emmène, bloc note à la main, à visiter des sites de construction d’immeubles et à rapporter « l’enthousiasme » des travailleurs à construire une nouvelle société. Parallèlement, Florenta intègre le seul parcours scolaire ouvert aux enfants des ‘koulaks’ qui souhaitent atteindre un meilleur niveau d’éducation. Il s’agit de l ‘Université populaire. Elle en sort avec un diplôme de philologie roumaine et française. Son obstination à battre le système à son propre jeu et à réussir à être publiée est assez incroyable, si l’on prend en compte le nombre prodigieux de volumes de poésie qu’elle a écrit, sans tomber dans le culte grotesque de la personnalité imposé par le couple Ceausescu. Quoi qu’il en soit, elle est reconnue tardivement comme une écrivain accomplie dans sa carrière poétique et tristement après 1990, les ressources financières de Viata Româneasca où elle travaille comme rédactrice sont si réduites que la tension devient insoutenable pour elle et hâte sa mort. Le sort de cette poète relève de l’ironie : victime de discrimination pour des raisons politiques sous le communisme, à peine le système s’effondre qu’elle tombe à son tour, victime des cruelles conditions économiques de la période de « transition ». Le destin tragique de Florenta Albu est le même que celui de nombreux de ses compatriotes poètes et artistes. En ayant offert un aperçu sur l’interaction complexe entre la vie d’artiste et un régime totalitaire, on pourrait bien se demander qu’elle serait la valeur intrinsèque du produit fini, une fois qu’il a été soumis au filtre de la censure et des humiliations ? Il est probable que l’essence même de l’héritage poétique de Florenta est le mieux résumé par son amie Oana Orlea (correspondance privée, juillet 2003), lorsqu’elle écrit :

« Un résumé de la poésie de Florenta Albu pourrait être vu comme un requiem à une ére révolue… Son lyrisme méditatif, tragique, entrecoupé de flashes satiriques dénonce, en effet, autant le viol du corps que de l’esprit. Il n’y a rien de formel dans sa poésie, tandis que son langage poétique témoigne du désordre du monde. »

« Oui, Florenta Albu est une grande poète. Elle trouvera sa place méritée en littérature, comme une référence importante, et qui, au fil du temps, ne pourra que prendre de l’importance. »

 

 "Blouse Roumaine - the Unsung Voices of Romanian Women"

“Blouse Roumaine – the Unsung Voices of Romanian Women”

NOTE: For more information about Florenta Albu or Oana Orlea Cantacuzino, see:

http://www.blouseroumaine.com

 

*  *  *  *  *

 

Sources principales :  

Albu, Florenta, Fàrà popas, Bucarest, 1961, Austru, Bucarest, 1971,

Petrecere cu iarbà, Ed. Cartea Româneascà, Bucarest, 1973,

Ave noembrie – Ed. Cartea Româneascà, Bucarest, 1975,

Roata lumii, Ed. Eminescu, Bucarest, 1977,

Umbrà arsà, Ed. Eminescu, Bucarest, 1980,

Epitaf, Ed. Cartea Româneascà, Bucarest, 1981,

Utopia, Ed. Cartea Româneascà, Bucarest 1983,

A fi fire– Ed. Eminescu, Bucarest, 1984,

Banchet autumnal, Ed. Albatros, Bucarest, 1984,

Terase, Ed. Cartea Româneascà, Bucarest, 1985,

Efectul de serà – Florilegiu, Ed. Cartea Româneascà, Bucarest, 1987,

Kilometru unu în cer, Ed. Cartea Româneascà, Bucarest, 1988,

Banchet autmomnal II, Ed. Dacia, Cluj, 1991,

Scara ce nu duce nicàieri, Colectia Cartea Româneascà de Prozà,

Zidul martor – Pagini de jurnal 1970-1990, Ed. Cartea Româneascà, Bucarest, 1994, Aurolac, 1996

 

Autres sources:

Orlea, Oana, correspondance personnelle, mai 2003

Vasile, Geo, Poezia Românà între Milenii, Discobolul Collection, edited by Borbély, Stefan, Editura Dacia, Cluj-Napoca, 2002

Zaciu, Mircea et al, Dictionarul Scriitorilor Români, Vol 1 (A-C), p. 31-32, Editura Fundatiei Culturale Române, Bucarest, 1995

 

Sur Internet :

Transcript, Florenta Albu: http://www.transcript-review.org/section.cfm?id=121&lan=en

[1] Equivalent en Roumanie de l’enseignement à distance, note de l’auteur.

Tags: ··················

No Comments so far ↓

There are no comments yet...Kick things off by filling out the form below.

Leave a Comment